• Nicolas J. Preud'homme

Sept idées pour vivre l'écologie dans sa vie quotidienne

Dernière mise à jour : 3 sept. 2018


Aucun d'entre nous ne peut tout changer, mais chacun de nos gestes change à sa mesure le monde. L'écologie ne saurait être laissée aux militants, aux gestionnaires ou aux entrepreneurs. Apportons chacun notre pierre pour bâtir ce nouvel édifice d'une vie plus soutenable, plus équitable et plus solidaire sur notre planète, suivant le souhait de notre Créateur qui nous a placés comme ouvriers sur la terre (Matthieu 20, 1-6 ; 1 Corinthiens 3, 8-9). Je vous fais part ici de sept points d'engagement pour l'écologie que je m'efforce d'appliquer dans ma vie personnelle.

1. Dans la mesure du possible, ne pas acheter de voiture particulière. Utiliser autant que possible les transports en commun ou les moyens de locomotion doux. Emprunter, louer une voiture ou pratiquer le covoiturage lorsqu’il n’y a pas d’autre moyen de déplacement à disposition. Rentabiliser les trajets en effectuant plusieurs tâches dans un seul circuit.


2. Réduire sa consommation de viande et de produits non biologiques. Sans forcément opter pour le végétarisme, comme je l'ai fait personnellement, ou le véganisme, choix éthiques qui mobilisent une conscience tournée vers le respect de la vie des animaux, s’efforcer de réduire sa consommation de viande, en particulier des produits issus de l’élevage industriel. Réserver la plus grande partie de notre panier aux produits issus de l’agriculture et de l’élevage biologiques. Éviter les produits hors saison, privilégier les circuits de proximité. Préférer les textiles et tissus synthétiques aux cuirs et aux fourrures.


3. Privilégier la réparation au remplacement. Dans l’électroménager, l’électronique, l’horlogerie, le matériel informatique et de manière générale pour tous les objets dont la fabrication nécessite un important coût énergétique et la mobilisation de ressources rares, tâcher de limiter au maximum le renouvellement des modèles, sauf si un gain écologique visible se présente. Limiter le nombre d’écrans par foyer : un smartphone, une tablette ne sont pas nécessaires lorsqu’on détient déjà un ordinateur portable et un téléphone mobile.


4. Pratiquer le tri sélectif et réduire sa production de déchets ménagers. Éviter tout gaspillage alimentaire. Utiliser un compost pour déchets organiques lorsqu’on possède un jardin. Ramasser occasionnellement les déchets des autres personnes déposés en bordure des chemins.


5. Maîtriser sa consommation énergétique par le choix d’un mode de chauffage écologique, de travaux d’isolation, d’habitudes de vie promouvant une sobriété raisonnable dans l’usage de l’électricité.


6. S’abstenir de toute violence agressive à l’égard des animaux. Choisir la protection par les barrières, filtres ou précautions contre l’intrusion plutôt que l’élimination des animaux jugés nuisibles. Choisir des moyens écologiques de protection des cultures contre les parasites, sans usage de pesticides. Limiter la violence à l’égard des animaux à la stricte légitime défense ou protection contre un péril plus grand. Privilégier le choix d’animaux domestiques qui vivent dans un environnement permettant leur plein épanouissement. Venir en aide aux animaux blessés, par des soins ou par une mise à l’abri.


7. S’abstenir de participer par son travail ou son argent à des activités anti-écologiques. Ne pas détenir d’actions bénéficiant à des entreprises polluantes ou portant atteinte à la biodiversité. Ne pas accepter d’emploi dans une administration ou une entreprise dont les activités iraient à l’encontre des principes de l’écologie. Utiliser son argent et son temps à des fins d’entraide et de solidarité à l’égard des initiatives respectueuses de l’environnement et de la dignité humaine.



William-Adolphe Bouguereau (1825-1905), Fardeau agréable, 1895.


Voici, pour finir ce billet, quelques versets tirés de la Bible, pouvant servir à mon sens de base pour construire une éthique chrétienne authentiquement écologique.


Genèse 1, 31 : "Dieu vit alors tout ce qu'il avait fait, et voici : c'était très bon".


Genèse 1, 29 : "Dieu dit : Voici que je vous donne toute herbe porteuse de semence et qui est à la surface de toute la terre, et tout arbre fruitier porteur de semence ; ce sera votre nourriture."


Genèse 6, 12 : "Dieu vit que la terre était corrompue ; car toute chair avait une conduite corrompue sur la terre".


Genèse 8, 21-22 : "L’Éternel dit en son cœur : Je ne maudirai plus le sol, à cause de l'homme, parce que le cœur de l'homme est disposé au mal dès sa jeunesse ; et je ne frapperai plus tout ce qui est vivant, comme je l'ai fait. Tant que la terre subsistera, les semailles et la moisson, le froid et la chaleur, l'été et l'hiver, le jour et la nuit ne cesseront pas".


Genèse 9, 16 : "L'arc sera dans la nuée, et je le regarderai pour me souvenir de l'alliance perpétuelle entre Dieu et tous les êtres vivants qui sont sur la terre".


Job 31, 38-40 : "Si ma terre crie contre moi, et que ses sillons versent des larmes ; si j'en ai mangé le produit sans l'avoir payée, et que j'ai désespéré l'âme de ses propriétaires ; qu'il en sorte des ajoncs au lieu de froment, et de l'ivraie au lieu d'orge!"


Ésaïe 11, 6-9 : "Le loup séjournera avec l'agneau, et la panthère se couchera avec le chevreau ; le veau, le lionceau et le bétail qu'on engraisse seront ensemble, et un petit garçon les conduira. La vache et l'ourse auront un même pâturage, leurs petits une même couche ; et le lion, comme le bœuf, mangera de la paille. Le nourrisson s'ébattra sur l'antre de la vipère, et l'enfant sevré mettra sa main sur le trou de l'aspic. Il ne se fera ni tort, ni dommage sur toute ma montagne sainte, car la connaissance de l’Éternel remplira la terre, comme les eaux recouvrent le fond de la mer".

Luc 12, 27 : "Considérez comment croissent les lis : ils ne travaillent ni ne filent ; cependant je vous dis que Salomon même, dans toute sa gloire, n'a pas été vêtu comme l'un d'eux."

Matthieu 6, 25-26 : " Ne vous inquiétez pas pour votre vie de ce que vous mangerez, ni pour votre corps, de quoi vous serez vêtus. La vie n'est-elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que le vêtement ? Regardez les oiseaux du ciel : ils ne sèment ni ne moissonnent, et ils n'amassent rien dans des greniers ; et votre Père céleste les nourrit."


1 Timothée 5, 18 : "Car l’Écriture dit : Tu n'emmuselleras point le bœuf quand il foule le grain. Et l'ouvrier mérite son salaire."

1 Corinthiens 3, 8-9 : "Celui qui plante et celui qui arrose ne font qu'un, et chacun recevra sa propre récompense selon son propre travail. Car nous sommes ouvriers avec Dieu. Vous êtes le champ de Dieu, l'édifice de Dieu."


Nicolas J. Preud'homme.


Référence de l'image : https://lb.wikipedia.org/wiki/William-Adolphe_Bouguereau#/media/File:William-Adolphe_Bouguereau_(1825-1905)_-_Not_Too_Much_To_Carry_(1895).jpg


Bartoli, Damien & Ross, Frederick C. (2010) William Bouguereau: His Life and Works p. 477. Numéro de catalogue : 1895/08. En 2010, la peinture appartenait à une collection privée aux États-Unis.