• Nicolas J. Preud'homme

Pieds nus sur le sol rouge

Dernière mise à jour : 9 sept. 2018

"Dans cette terre il est facile de naître et de mourir mais difficile de vivre ". Cette terre qu'évoque le prêtre catalan devenu évêque, Pedro Casaldaliga, est la région de Sao Felix do Araguaia dans le Mato Grosso, région du centre-ouest du Brésil.




La mini-série espagnole Pieds nus sur le sol rouge évoque un sujet rarement traité à l’écran, la dictature militaire brésilienne qui débuta en 1964 et perdura jusqu’à l’élection de Tancredo Neves en 1985. Le téléfilm inspiré du livre éponyme de l’écrivain et journaliste catalan Francesc Escribano, raconte l’histoire vraie de celui qui devint l’une des figures de proue du courant progressiste et représentant de la Théologie de la Libération latino-américaine.


Le téléfilm, réalisé par Oriol Ferrer en 2014, met en scène l'arrivée d'un missionnaire envoyé avec son assistant en 1968 dans un diocèse misérable, gangrené par la corruption, l'exploitation humaine, la terreur et la violence de la dictature militaire, un système dominé par les grands propriétaires fonciers, privant les paysans de toute terre et de tout espoir. Casaldaliga œuvra durant quarante ans sur cette terre de missions.


 Militant pour une réforme agraire, Casaldaliga fonda la Commission Pastorale de la Terre et du Conseil indigéniste missionnaire.  Il se heurta aussi à la relative indifférence ainsi qu'au conservatisme de la curie romaine, auxquels il se confronta notamment au travers de sa rencontre avec le Cardinal Ratzinger, le futur Benoît XVI, lors d'un voyage à Rome en 1988. Son procès au Vatican pour ses positions progressistes ne déboucha sur aucune condamnation.



Le film offre à voir le portrait d’un homme en révolte contre un système de domination où l’économique, le politique et le religieux se trouvent compromis dans une même logique de conservatisme dont les effets dévastateurs sur la société portent leurs ravages les plus noirs sur la dignité humaine et sur la foi en Dieu.


Prêtre engagé, Pedro Casaldaliga l’est autant comme humain animé par l’idée de justice sociale et de défense des opprimés que comme chrétien et pasteur d'âmes. Idéaliste, révolutionnaire, c’est pour faire de ce pays brésilien une terre de tous les possibles qu’il s'est engagé face à l’injustice du latifundisme. Dans sa lutte, il se rangea aux côtés des Indiens Xavantes, des “sans-terre” ainsi que des plus démunis pour restaurer leur humanité et raviver un espoir de liberté. “Aujourd’hui, plus que jamais, l’Eglise devrait être la voix de l’espoir”.


Référence des images : https://voyages.ideoz.fr/pieds-nus-sur-le-sol-rouge-pedro-casaldaliga/

Ce compte-rendu est inspiré de celui de Sandrine Monllor (Fuchinran), "Pedro Casaldaliga ; entre mission pastorale, idéaux et impuissance", 2016, disponible sur le lien ci-dessus.


Nicolas J. Preud'homme.